Une Révolution en 2 étapes

Publié le par Guillaume Woerner

Une Révolution en 2 étapes

 

- Où l'auteur se prête au jeu des annonces WIP, et découpant à la cisaille son futur roman -

 

 

 

Révolution à Conflux, le second livre dans l'univers de Conflux avance !

131 321 signes très précisément, au moment où j'écris ces lignes.

Pour mémoire, Conflux, le premier roman, représentait 365 000 signes. Un peu près un tiers du travail a donc été réalisé pour Révolution à Conflux.

 

Après plusieurs hésitations, ce second roman se découpera en deux parties de taille à peu près égale. (TCHAC ! Voici le coup de cisaille annoncé !)

J'ai pris cette décision du fait de l'ambiance très différente qu'il y aura entre ces volumes.


jeu-de-paume1

En effet, l'action du premier se déroule lors de cette journée historique qui voit Dop ple et  l'agent Scythe se précipiter à la Fange, le quartier médiéval de Conflux, sur la trace des agresseurs de l'agente Déter. Ils se retrouvent mêlés aux manifestations contre le Duc de Calbon d'Olt, le terrible despote qui gouverne la Fange qui n'aura jamais aussi bien porté son nom. La trame a l'avantage d'être bien calée, et seuls les derniers détails restent à ajuster (et donc à finir d'écrire).


 

revolution-francaiseLa seconde partie portera sur les conséquences de cette journée, et sur la réaction du reste de Conflux à cette révolution.

J'ai déjà rédigé quelques pages, dans lesquelles on retrouve les agents Dopple et Scythe, mais dans un état d'esprit très différent de celui qui les a animé jusqu'à présent.

 

 

 

 

 

 


Bastille 2

 

Pour schématiser, ce découpage suit la trame historique de la révolution fran çaise : le premier tome correspondrait à la prise de la Bastille, une Bastille qui rappellerait un pudding architectural. Le second à la fameuse période de  la Patrie en danger, avec ses comités de salut public et la lutte contre les puissances étrangères qui voudront écraser le mouvement.

Bien sur, tout ceci avec une constellation de notes de bas de page, une distorsion des évènements historiques et une louchette d'absurde.

 

L'avantage de ce découpage est qu'il me permettra de boucler à 100% la première partie pour en faire un tout cohérent, qui se suffit à lui-même.

Et donc de pouvoir finir un second roman (même s'il sera très probablement plus court que Conflux : je table sur 200 000 signes environ pour cette première partie.

 

L'objectif (roulements de tambours) est de pouvoir achever le gros de la narration de cette partie 1 pour la fin 2011 (sonnez flûtiaux, résonnez tuba basse !)

 

Challenge !

Publié dans Conflux

Commenter cet article