Watcher in the sky

Publié le par Guillaume Woerner

 

Watcher in the sky

 

Par Guillaume "Metatron" Woerner

 

 

 

 

 





*** Connexion au satellite d’observation NIP-L 12

# Ajustement de la trajectoire :

Vitesse corrigée à 8850 m/s

Orbite calée à 147 km

Arrêt des propulseurs

#

 

*** Rapport de caméra embarquée

# Focus #

[L’hémisphère nord du planétoïde Centaure se déploie dans toute son harmonie. Des bandes de nuages marbrent sa surface dont le bleu varie du turquoise à l’indigo en passant par le saphir le plus intense. C’est à peine si cette unité est troublée par quelques affleurements rocheux des chaînes de montagnes. De l’espace, les traces d’activité humaine sont infimes : un groupe de points lumineux permet de situer Zheleznyj Port, la principale agglomération de la planète avec ses 100.000 habitants.]

 

# Zoom #

[Une vaste étendue de glaciaire composée de glaces d’éthane et de méthane occupe à présent l’objectif. Même à ce niveau de zoom, on distingue les longues balafres qui strient la surface. Elles correspondent aux canyons dans lesquels se déversent des fleuves d’hydrocarbures. Les cataractes n’alimentent aucun bassin car les particules se volatilisent avant d’atteindre le fond de ces gorges. Elles génèrent ainsi des brumes légères qui s’élèvent puis retombent sous forme de cristaux bleus un peu plus loin.]

 

# Réajustement de l’orbite #

[Survol du canyon d-875

Longueur : 12 km

Largeur : jusqu’à 100 m

Profondeur moyenne : 300 m]

 

# Zoom #

[A l’extrémité Est du canyon, un flot de gaz liquéfié s’écoule du plateau glaciaire. Les falaises ont été sculptées par ce ruissellement qui modèle de curieuses saillies arrondies. L’érosion est contrebalancée par le gel des particules en suspension de méthane et d’éthane qui forme des stalagmites irrégulières, avec des excroissances orientées dans le sens du vent. Au fond du défilé, les congères cèdent parfois la place à des affleurements rocheux, copeaux d’écorce du planétoïde : leur couleur ocre tranche avec la glace bleue et laisse déjà espérer la richesse du sous sol en métaux.]

 

# Scan du canyon d-875 - Détecteur de mouvement #

[29 ° 30 ′ 02 ″ - 18 ° 10 ′ 11 ″ : chute d’un bloc de glace

 29 ° 30 ′ 12 ″ - 18 ° 10 ′ 12 ″ : écoulement secondaire d’hydrocarbures

 29 ° 30 ′ 15 ″ - 18 ° 10 ′ 20 ″ : chute d’un bloc de glace

 29 ° 30 ′ 16 ″ - 18 ° 10 ′ 19″ : mouvement non identifié]

 

# Zoom #

[Aux coordonnées 29 ° 30 ′ 16 ″ - 18 ° 10 ′ 19″, le glacier présente des ornières régulières, dont l’origine ne peut être liée au vent ou à l’écoulement du méthane. De légères trépidations sont relevées et on distingue des objets en mouvement le long de la paroi. ]

 

# Détecteur de chaleur #

[Identification de températures anormales, jusqu’à 20 °C en certains points, rien à voir avec les - 190 °C de la surface. En l’absence d’activité tectonique ou volcanique sur Centaure, ces émanations ne peuvent être que d’origine humaine.]

 

# Scan comparatif #

[Détection de quatre machines-outils en action : des extracteurs de minerai de type Lucane. L’identification est sans ambiguïté : une tête mécanique composée de deux pinces génératrices de champs capables de débiter le minerai que collectent ensuite les antennes du véhicule. Les machines sont occupées à traiter des blocs de roche remontés d’une galerie qui plonge dans le glacier. L’énergie dégagée génère un vaste nuage de méthane inflammable. Il est probable que des mesures aient été prises pour garantir toute fuite d’oxygène dont la réaction avec les hydrocarbures signifierait l’explosion de la zone d’exploitation toute entière.

Une haveuse avec quatre bras rotatifs antidéflagrant et un tunnelier à bouclier mixte sont à l’arrêt le long de la paroi du défilé. C’est vraisemblablement à leur action que l’on doit l’excavation.

A la vue des traces sur la glace, les Lucanes sont en activité depuis environ une semaine. Il semble que les machines soient en cours de calibrage car plusieurs techniciens s’affairent autour des panneaux de contrôle.

L’indice spectrométrique permet de relever la nature des matériaux collectés : Oxyde de Niobium et Sel de Tantale.]

 

# Scan des fréquences radio #

[………

__... Ne traînez pas ! Il faut que nous réalisions nos quotas pour la prochaine décade. On en est loin !

__Ca fait vingt fois que tu nous le répètes ! Le temps de régler ces joujoux et il pleuvra du Tantale ! En attendant, laisse-nous travailler !

__Je me permets d’insister car on nous a seriné à toutes les sauces que Centaure était un monde dont le Cartel Nipolev se réservait l’exploitation. Et voila six jours que nous sommes installés sans avoir rencontré la moindre résistance ni même un message d’avertissement officiel. Etonnant, surtout si on considère que ce monde est la principale source de richesse du Cartel puisqu’il lui offre le monopole du commerce du Tantale acheté à prix d’or par les chantiers astronaval.

__Tu aurais préféré tomber sur un drone Mečnik de leur armée privée ? Histoire de retrouver ton rôle de pilote de course ? Il faut t’y faire mon vieux : tu es dans la même galère que nous. Extraire du Tantale pour le compte de MacDouglas, en risquant ta vie s’il le faut. Grâce à nous, ils construirons de beaux moteurs pour les vaisseaux long courier. Et nous, nous paierons nos dettes.

__Tu parles : on va geler sur ce caillou…

__Ou partir en fumée s’il y a la moindre fuite dans nos bombonnes d’oxygène ! Oui, on sait !

………]

 

# Confirmation au centre de contrôle Nipolev : opération clandestine de minage de Tantale à destination des chantiers MacDouglas. Coordonnées 29 ° 30 ′ 16 ″ - 18 ° 10 ′ 19″ #

 

# Accusé de réception enregistré #

 

# Passage en plan large #

[Les Lucanes s’engouffrent les uns après les autres dans le conduit qui va les amener sous la calotte glaciaire pour atteindre l’écorce de Centaure, dont la richesse en Tantale est inégalée dans l’espace connu. Le blizzard bleuté charriant des cristaux de méthane redevient la seule animation avec les blocs d’hydrocarbures gelés qui dériboulent parfois des falaises.

 

# Réactivation des senseurs #

[Un intercepteur Nipolev de classe Requin est en approche à basse altitude sur le vecteur 229/230. Son fuselage élancé en forme d’aiguille est couvert de givre mais cela n’altère en rien son incroyable maniabilité. Il ralentit puis s’arrête à l’aplomb du canyon, au dessus de l’entrée de la mine. Il largue son chargement, une ogive qui chute lourdement vers le sol gelé. Sans attendre, l’intercepteur remet les gazs et fuse vers sa base de rattachement. Il est déjà hors de portée des détecteurs lorsque le projectile heurte le sol et s’enfonce dans la couche de glace d’hydrocarbures. Instantanément, des évents apparaissent sur la coque et se mettent à diffuser un nuage de fumée blanche qui envahit le fond de la gorge.]

 

# Analyse spectrométrique #

[Il s’agit de dioxygène pur. Des trépidations au niveau du sol annoncent le retour des Lucanes. Le réchauffement induit par les moteurs va faire réagir le méthane de l’atmosphère avec l’oxygène : anéantissement de la zone dans 5, 4, 3, 2, 1...]

 

# Obturation des objectifs #

 

Publié dans Science Fiction

Commenter cet article